Le chauffage fait partie des équipements les plus indispensables d’une habitation ou d’un local professionnel. Il permet d’avoir la chaleur adéquate pendant les saisons fraiches. Certains chauffages sont également réversibles c’est-à-dire qu’ils peuvent aussi assurer la climatisation pendant les saisons chaudes. Pour mettre en place l’ensemble du système, il est nécessaire de faire appel à un professionnel appel chauffagiste 94. Il a la maitrise de la mise en place et il connait également les bons matériels à mettre au bon endroit. Zoom sur ce métier.

Description du métier

Le chauffagiste 94, aussi appelé plombier-chauffagiste, est un professionnel qui s’occupe de l’installation des systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation. Il a comme mission de réaliser tous les raccordements des appareils (chaudières, radiateurs et ventilateurs) à des réseaux qui assurent l’approvisionnement en énergie ou fluide (fioul, gaz et électricité). Il raccorde également les canalisations (cuivre, PVC) vers des équipements de climatisation et de chauffage, eux-mêmes connectés à des émetteurs de chaleur ou de fraîcheur.

Ce professionnel peut aussi prendre en main l’entretien de l’installation et le dépannage en cas de souci. Il peut s’occuper du remplacement d’éléments ou de l’ensemble du système selon les besoins. Il peut également donner des recommandations diverses quant à l’achat des matériels et équipements et à leur maintenance au quotidien pour assurer leur pérennité et jouir de leur performance et leur rendement.

Comment devenir chauffagiste ?

Le métier de chauffagiste dans le 94 requiert des savoirs et des compétences particulières. Il s’agit d’un des postes très techniques dans le bâtiment. La profession est complexe. Elle ne s’improvise donc pas. Il y a alors des formations qu’il faut suivre avant d’occuper ce poste.

Les cursus accessibles sont les suivants (classés par niveaux) :

Pour un niveau III, il faut :

  • un BTS fluides-énergies-environnements ;
  • un BMS bâtiment.

Pour un niveau IV, il faut :

  • un BP monteur en installations de génie climatique ;
  • un BP monteur dépanneur en froid et climatisation ;
  • un BM monteur en chauffage ;
  • un Bac pro énergétique.

Pour un niveau V, il faut :

  • un CAP installateur thermique ;
  • un MC maintenance en équipement thermique individuel ;
  • un BEP techniques des installations sanitaires et thermiques ;
  • un BEP techniques du froid et du conditionnement d’air.

Hormis ces cursus académiques, ce métier exige également des qualités personnelles particulières. Il est alors indispensable que l’apprenti ait un goût certain pour la physique et pour le travail manuel. Il doit aussi savoir qu’un installateur ou une installatrice en chauffage et en climatisation est une personne extrêmement méthodique et qui a le sens de la minutie. Il y a des opérations comme la soudure qui exige un maximum de précision et de concentration.

Le chauffagiste doit aussi être une personne sociable car elle sera toujours menée à travailler avec une équipe. Habituellement, ce professionnel collabore avec d’autres artisans dans le bâtiment comme les menuisiers, les plombiers, etc. Il doit avoir une bonne capacité d’adaptation car il devra aussi travailler dans des situations différentes en fonction des chantiers et des projets.

En outre, des connaissances particulières en matière de lecture de plans de montage des installations, en électronique, des types d’énergies disponibles (énergies fossiles, énergies renouvelables), sont plus que nécessaires. Elles permettent au professionnel de donner des recommandations aux clients et maitriser la dangerosité de certaines énergies quand il effectue son travail. Le métier de chauffagiste dans le 94e exige donc de faire une sorte de veille sur les évolutions du secteur et les nouvelles orientations énergétiques.

Et pour finir, le chauffagiste doit connaitre au bout de ses doigts les différentes législations et les différentes normes relatives à son métier.

Evolution de carrière et salaire d’un chauffagiste

Le marché pour le métier de chauffagiste du 94 dépend en grande partie du marché du bâtiment en général. Habituellement, les apprentis fraichement diplômés dans ce domaine sont recrutés par des entreprises de petite, moyenne ou grande taille, travaillant dans le secteur public ou le secteur privé. Il est généralement plus aisé de trouver des débouchés après la formation. Ils travaillent en équipe et sur des chantiers variés (local professionnel, local commercial, établissements publics, bureaux, habitat individuel, etc.). Ils peuvent aussi travailler dans des ateliers pour faire des entretiens de systèmes existants ou en développer de nouveaux.

Le chauffagiste peut jouir d’une évolution au sein de son entreprise. Il peut devenir chef d’équipe, responsable de chantier ou encore technicien de maintenance. Il est même possible qu’il accède au poste de technicien-commercial.

Certains chauffagistes choisissent d’avoir des spécialisations en matière d’activités porteuses relatives aux énergies renouvelables et deviennent eux-mêmes des entrepreneurs. Toutefois, avant de passer à la création d’entreprise, il leur est nécessaire de suivre des formations en gestion d’entreprise et en comptabilité.

Concernant le salaire brut mensuel d’un chauffagiste en début de carrière, il est de 1 500 euros en moyenne. Son gain peut évoluer en fonction de ses compétences et de son évolution de poste. En tant que chef d’entreprise, il peut gagner plus de 4 000 euros par mois. 

Ce qu’il faut savoir d’autres

Comme la plupart des professionnels dans le bâtiment, être un chauffagiste certifié est un plus. Cela permet d’avoir un marché plus large et d’obtenir plus de notoriété et de reconnaissance. Dans certains cas, les clients exigent même l’obtention d’une certification ou d’un label particulier comme RGE. Pour y parvenir, il est nécessaire de fournir au minimum 2 références représentatives de réalisation de chantiers finis au cours des 4 dernières années. Il faut bien évidemment que l’activité soit désignée RGE. Avant d’octroyer la certification, l’organisme interroge d’abord les clients et s’informe sur les différentes conditions de réalisation d’une ou plusieurs des références fournies. La certification est accordée si les résultats des recherches effectuées sont jugés positifs. Dans le cas contraire, il est nécessaire de refaire toute la démarche et de formuler une nouvelle demande.